Renforcement de l’attractivité des centres de villages

22/11/2019

Informations

Services à la personne, Cohésion sociale, Santé
GAL 100 villages – 1 avenir
  • 2015_BP_Centres_Villages.png  2015_BP_Centre_Villages_2.png

    Comme ailleurs en Wallonie, les plans de secteurs mis en place entre 1977 et 1987 ont un impact majeur sur le développement de nombreux villages de la région du Groupe d'action locale (GAL) 100 villages - 1 avenir.

    Les changements les plus visibles dans les villages du territoire du GAL sont les suivants :

    • concentration des nouvelles constructions à la périphérie des villages ;
    • diminution du nombre d'habitants dans les centres des villages et accueil d'une population proportionnellement plus âgée ;
    • perte de la convivialité dans les villages ;
    • par manque d'alternatives, la voiture devient le mode de déplacement quasi unique, même pour de petits trajets ;
    • les villages perdent leur silhouette paysagère et les spécificités architecturales traditionnelles.

    Pour lutter contre ces phénomènes, le GAL a développé un projet qui vise à renforcer l'attractivité des centres de villages. Dans une première étape, le projet de renforcement des centres de villages met l'accent sur la réutilisation possible des biens vacants dans les centres-villages ainsi que sur leur réaménagement. Dans un second temps, le projet s'intéresse à la vie sociale dans le village sous tous ses aspects, avec la volonté de renforcer les structures sociales existantes et d'en créer de nouvelles si nécessaire.

    Cinq villages pilotes ont été choisis (Nidrum, Herresbach, Mürringen, Schönberg et Burg-Reuland) et le GAL s'est appuyé sur l'expertise des étudiants en architecture de l'université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle.

  • Plusieurs éléments préliminaires ont été mis en place :

    • documentation de la situation existante et de son évolution récente : situation démographique, agricole, demandes de permis d'urbanisme, estimation de la demande future, position des communes et des autres acteurs ;
    • mise sur pied d'un plan de communication et d'information pour toute la durée du projet (réunion de présentation du projet au public, organisation de workshops, travail de sensibilisation des communes, réunion de présentation des résultats du projet au public) ;
    • choix de villages répondant à certains critères liés à un aménagement durable (présence d'une école, de liaisons de transport en commun, de commerces, etc.) et définition de leurs centres ;
    • estimation du potentiel de surfaces libres dans les centres de villages sélectionnés ;
    • estimation du potentiel en bâtiments dans les centres de villages sélectionnés ;
    • choix de sites pour y développer des projets « modèles », en fonction des résultats et des opportunités déterminés par les phases précédentes.

    En octobre 2012, une soirée d'information et de lancement a été l'occasion d'une présentation générale du projet et de la situation existante.
    Les activités préparatoires ont également permis un travail avec les écoles primaires sur les thématiques de noyau villageois, de services de proximité, de lieux de rencontre, de nature et d'environnement (eau…), de mobilité et de sécurité routière, d'histoire et d'infrastructure.

    Un premier atelier dans les villages a favorisé la réflexion, avec les habitants, sur les forces et les faiblesses de chaque village dans le cadre de la réutilisation des zones vides et du développement des structures sociales existantes. À cette occasion, les habitants ont pu laisser libre court à leurs idées et à leurs souhaits avant qu'une liste de projet réalistes soit mise en place.

    Puis, lors des deuxième et troisième ateliers, les étudiants ont présenté leurs analyses d'aménagement et leurs propositions urbanistiques. Pendant cette phase, les habitants étaient également appelés à donner leur opinion.

    Enfin, une brochure de 200 pages (réalisée avec l'Université d'Aix) pour résumer le projet sera publiée et disponible en avril 2015.

  • Concrètement, le projet de redynamisation des centres-villages avait les objectifs suivants :

    • objectiver la question de la disponibilité de terrains à bâtir en termes de potentiel réaliste et de répartition géographique ;
    • créer un intérêt pour la problématique de l'attractivité des centres de village dans une optique de développement durable (trajets courts, vie sociale, réduction des coûts d'infrastructure, etc.) ;
    • promouvoir le développement des centres de villages par rapport aux extensions ; cet objectif sous-entend que l'on redonne envie aux habitants de redécouvrir les avantages de vivre dans un centre en leur montrant les avantages de ce type de localisation (trajets courts, sécurité, qualité de vie etc.) et que l'on fasse connaître la problématique aux responsables communaux ;
    • diminuer la consommation d'espace agricole par une certaine densification des centres de villages, qui vise à proposer une qualité de vie élevée (qualité des aménagements, intégration d'aspects écologiques et paysagers, etc.) ;
    • construire/rénover en respectant les spécificités paysagères locales.

  • Les ateliers ont permis aux cinq communes de mettre en place des projets précis :

    • À Herresbach, un lieu de rencontre pour les jeunes a été aménagé dans une ancienne école. Sur le terrain de l'école, une plaine de jeu pour tous a été installée avec des matériaux naturels. La réflexion, déjà existante, sur l'aménagement de la place du village a repris sous l'impulsion du projet. Les étudiants ont également mené une réflexion sur le logement et la commune a acheté un terrain qu'elle revendra en parcelles pour la construction de logements. La conclusion des étudiants d'Aix-la-Chapelle est qu'il faut densifier l'habitat pour attirer des familles et sécuriser l'école qui est menacée par une diminution du nombre d'enfants.
    • À Mürringen un groupe de réflexion sur le village et son développement a été mis sur pied au-delà des ateliers du projet : le groupe prolonge ces rencontres. Une réflexion sur la création d'un centre multifonctionnel a été menée (commerce, point poste, point de nettoyage à sec, mini-café…). L'enquête auprès des habitants a montré que le projet était rentable, il reste à trouver les financements et la motivation pour créer une coopérative. Enfin, un nouveau parking est en projet pour l'école, ainsi que des nouveaux chemins en parcelle publique.
    • À Burg-Reuland, les habitants ont fait part de leur volonté de créer une association pour réfléchir à la mise en valeur du château. Les aspects touristiques du village, laissés de côté, ont été analysés pour un éventuel développement : le village tourne en effet le dos à son activité touristique malgré le passage d'un RAVeL et d'un cours d'eau.
    • À Schönberg, la rivière partage le village en deux, qui ne dispose que d'un seul pont. L'idée a été lancée de créer deux passerelles piétonnes pour rapprocher les deux rives et dynamiser le village. Du côté du logement dans le centre, la commune a acheté un terrain et cherche des financements pour construire un bâtiment pour les personnes âgées. Enfin, un « Fahr-Stopp » (Voiture à plusieurs) a été développé pour suppléer au manque de bus entre Schönberg et le centre de Saint-Vith, la commune dont dépend le village.
    • À Nidrum, l'aménagement de la place est un projet ancien. Les étudiants aixois ont introduit de nouveaux éléments dans le cadre d'une rénovation « horizontale » mais aussi de la construction d'un nouveau bâtiment pour personnes âgées. La présence de sites de production d'énergie alternative (biométhanisation et éoliennes) a permis d'imaginer le développement d'un réseau de chauffage dans le nouveau bâtiment.

    Le projet de renforcement de l'attractivité des centres de villages s'intègre parfaitement dans la « mise en valeur du paysage culturel du territoire », qui est identifié par le GAL comme une des ressources locales du territoire. Le projet permettra indirectement d'améliorer le paysage bâti (sur le très long terme), mais également d'accroître la sensibilisation de la population aux atouts et aux spécificités du paysage culturel et de l'intérêt de vivre au centre des villages.

    L'objectif du GAL de « créer des synergies et une culture de la coopération » est également atteint par la rencontre des différents acteurs : responsables communaux, bâtisseurs, architectes, administrations, etc.

  • Le budget total du projet s'élève à 121 500 € (45% Feader, 45% Région wallonne, 10% financement local).

  •  

     

     

    Difficultés :

    Le principal frein rencontré est lié à la difficulté de dynamiser les gens. Il est apparu que plus le village était inquiet pour son avenir (exemple de l'école qui risque de fermer à Herresbach), plus la population était facile à mobiliser. À Nidrum, cette dernière n'a pas d'inquiétudes particulières, et est restée peu mobilisée.
    L'autre difficulté tient au fait que le projet s'adressait directement aux citoyens, et non aux communes, qui n'étaient pas au centre : d'où une difficulté pour trouver les motivations et les financements.

    Les participants aux ateliers ont cependant bien réagi et sont restés étonnés de la rapidité de la mise en œuvre et des résultats des études, et de la qualité des plans et des maquettes produits.

    Perspectives de développement :

    Dans le cadre du nouveau programme Leader (2014-2020), le GAL compte suivre ce projet avec les universités de Liège et Aix-la-Chapelle. Cette nouvelle phase sera plus tournée vers la rénovation, et sera effectuée en coopération avec des GAL allemands.

     

     

     

  • Conscient de l'impact négatif du délaissement des centres de villages par les populations, le GAL 100 villages - 1 avenir a mis en place, avec les habitants, un projet qui vise à étudier les moyens d'en renforcer l'attractivité.

  • Personne de contact : Sabine Mennicken, chef de projet du GAL 100 villages - 1 avenir.
    Tél : 087/56 82 01
    E-mail : sabine.mennicken@wfg.be
    Site web du projet : http://wfg.mine.nu/lag/leader-projekte/innenentwicklung-der-doerfer/ (en allemand)

  • 514240_201501_bp_centres_villages.pdf